Doctor Who : The Big Bang

Bienvenue sur Doctor Who : The Big Bang ! Venez vivre de folles aventures auprès du Docteur et de ses compagnons !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez nous rejoindre, vous pouvez incarner n'importe qui !
Vous pouvez jouer une de vos créations, ou un personnage de la série.
Vous êtes libres et avez l'univers entier comme terrain de jeu ! Alors n'hésitez plus Smile
Bienvenue Invité!
Pour les inscrits, sachez qu'un nouveau RP Surprise est effectué
ICI, vous avez jusqu'au 14 mars prochain pour vous inscrire.
Qui sait, vous pourriez tomber avec un autre rôliste et créer un duo original!
Suite à l'arrivée de nouveaux membres incarnant des aliens,
le groupe des Time Lords a ouvert à nouveau. En d'autres termes,
vous pouvez vous inscrire et incarner un Time Lord Smile

Partagez | 
 

 La chaleur de l'amitié

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yami

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 04/01/2013
Localisation : Dans l'Ombre, à vous observer à votre insu...

MessageSujet: La chaleur de l'amitié   Ven 11 Jan 2013 - 14:58

Mon Journal


    Le Royaume des Ombres :
    La chaleur de l'amitié

    Quiconque aura le malheur de poser les yeux sur ces mots le paiera de sa vie.

    La première chose qu'il a fait, c'est de me donner des vêtements propres et en bon état mais pas très chaud. J'étais habituée à la chaleur de Fernunzia et le froid de l'espace, malgré le chauffage de son vaisseau, m'a glacée. J'ai cru mourir de froid. Il m'a fallu longtemps, et là je parle en temps fernunzien, pour m'y adapter mais je ne supportes toujours pas les températures froides.

    Il m'a apprit à parler, lire et écrire en français. Il m'a aussi apprit les bases des mathématiques. On était perdu dans l'immensité de l'espace alors il a eut tout le temps de le faire, mais les Ombres, elles, n'étaient pas perdues. Quand j'ai su parler sa langue, je lui ai raconté ce qui m'était arrivé. Tout. Même les Ombres. Il n'a pas comprit ce que je voulais dire et je n'ai pas su lui expliquer. Heureusement, sinon il m'aurait probablement tué tout de suite. Finalement, il a accepté de me faire confiance et a prit la direction que je lui ai dit. Il n'avait pas grand chose à perdre non plus, perdu comme il était mais en voyant que j'avais raison, il a continué à suivre mes conseils, sans chercher à comprendre comment je pouvais savoir me repérer dans l'espace sans jamais avoir quitté mon caillou fernunzien.

    Pendant le voyage vers la Terre, il a commencé à me parler de religion. Il m'a parlé de Dieu, de la Bible et de toutes ces choses-là, me disant que c'est ce qui lui avait permit de survivre jusqu'ici et de ne pas perdre courage. Je ne comprenais pas ce qu'était "Dieu", ni comment il avait pu l'aider à survivre, sans être réellement là alors je lui ai posé des questions, comme seuls les enfants savent le faire. Vous voyez ce que je veux dire ? Le genre de questions auxquelles on essaie de répondre, tant bien que mal mais qui apportent encore et toujours plus de nouvelles questions... A court d'explications et surtout de mots pour me les faire comprendre, il a finit par abandonner.

    Je n'ai toujours pas compris cette histoire de "Dieu" et de Bible, d'ailleurs. C'est pourtant à cause de ça que John est mort. A cause d'une stupide histoire de bien et de mal... Pourtant, on aurait pu être heureux, tous les deux. Même si ça n'avait duré que 50 ou 60 ans. Je l'aimais. Sincèrement. C'était mon premier amour... Et mon seul, jusqu'à présent. J'ai durement appris la leçon. Se lier d'une quelconque manière avec un Humain n'apporte que du malheur, au final. Ca n'en vaut pas le coup pour seulement 10 ans de bonheur... 10 ans, dans la vie d'un fernunzien, ça ne représente rien. Même pas 6 mois, pour un Humain. Mais je préfère penser aux bons moments qu'on a passés ensemble, John et moi. Même si ils ont été trop courts.

    Après avoir tenté de m'expliquer cette notion aussi relative que confuse qu'est la religion, il me parla de la Terre, sa planète natale. Il m'expliqua qu'il avait été kidnappé par des aliens reptiliens géants dont il n'avait jamais su prononcer le nom, alors qu'il avait 15 ans et emmené sur une autre planète, où il avait été vendu comme "humain de compagnie". Il me parla de la vie qu'il menait chez une famille de reptile, dans laquelle il était vraiment traité comme un vulgaire animal. Dormir dans une niche, manger dans une gamelle une mixture à l'odeur et l'aspect aussi repoussante que son goût, attaché avec un collier et une chaine énergique en permanence et comble de l'humiliation... Devoir vivre nu, jour et nuit, dans une niche ou même en promenade. Non, il y avait pire encore. Devoir se battre avec d'autres hommes, très souvent à mort, pour gagner le droit de s'accoupler à des femmes, pour le seul plaisir de ces reptiles de malheur. Des femmes contraintes à ces jeux barbares et qui se défendaient bec et ongles, pour ne pas être violé par des hommes devenus plus bestiaux qu'humains, devant une foule de reptile en délire. John avait failli devenir aussi sauvage que les autres mais, grâce à cette notion étrange de religion justement, il avait su rester à peu près lui-même jusqu'au jour où il avait réussit à s'enfuir. Lors de l'un de ces jeux. Il avait tué son adversaire et avait déjoué la surveillance des reptiles qui gardaient l'arène. Après avoir voler un de leurs vaisseaux, véhicules aussi courant qu'une voiture sur Terre ici, il avait quitté la planète après avoir semé les vaisseaux qui le pourchassaient. Enfin, disons plutôt qu'ils l'avaient laissé s'enfuir... Comme on laisse partir un lapin échappé d'une cage, en se disant qu'on en a d'autres et qu'il va se faire bouffer par un chat, de toute façon.

    Mais le lapin avait survécu. Sauf qu'il était à présent perdu dans un espace aussi vaste qu'inconnu. John avait tenté de retrouver le chemin de la Terre, sans succès et quand il m'avait rencontré, ça faisait déjà 6 mois qu'il errait dans l'espace. Je me souviendrais toujours de son regard, en me parlant du cauchemar qu'il avait vécu, pendant presque 10 ans. Le même que le mien quand je parlais de ce qui s'était passé sur Fernunzia. Une douleur semblable nous habitait et nous nous sommes rapidement liés d'amitié, trouvant l'un l'autre du réconfort dans cette relation.

    J'étais très curieuse. Je lui ai demandé comment il avait apprit à "conduire" un vaisseau spatial, ce qui l'avait fait rire. Après m'avoir expliqué les difficultés qu'il avait eut à apprendre le langage des reptiles, ce qui lui avait permit de comprendre le fonctionnement du vaisseau malgré tout, il m'apprit comment le piloter, ainsi que quelques notions de "reptiliens". Une langue très gutturale. Quand nous sommes enfin arrivés en vue de la Terre, 6 mois plus tard, je savais piloter le vaisseau seule et nous étions devenus très proches. Nous avons atterrit dans un endroit désert et après avoir camouflé le vaisseau, nous avons prit le chemin de sa maison. Une chance, il faisait nuit noire sinon nous aurions certainement été repérés.

    C'est là que j'ai repris confiance en l'avenir et que les Ombres se sont peu à peu tût, pour finir par ne plus du tout se manifester. C'est là que j'ai cru à nouveau au bonheur... Pendant un petit moment.

__________________________
Vous me voyez ? Non ? Pourtant, je suis là... Juste devant vous... AHAHA !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La chaleur de l'amitié
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» vendredi 7 août 2009 SALAIRE MINIMUM, CHALEUR MAXIMUM
» L'amitié d'Herbert Pagani.
» Soleil, Chaleur & Cocotier 8D
» ce merveilleux mot Amitié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Doctor Who : The Big Bang :: RPG :: Personnages :: Journaux intimes :: Journal d'une ombre-
Sauter vers: